Le Port de Plaisance de La Rochelle

Lieux d'étude 1
©Wikipédia
Lieux d'étude
©CoralieTurquois

       Les écosystèmes existant au sein des zones portuaires sont régulièrement soumis à différentes sources de contamination issues, par exemple, des zones de carénage, des exutoires d’eaux pluviales ou des stations de carburant. Il a donc été nécessaire de prendre en compte ces écosystèmes particuliers et l’environnement dans la gestion des zones portuaires.         

             Dans le cadre de l’Axe 1 – Port de Plaisance de La Rochelle, les trois sites ont été choisis suite aux études menées dans le cadre de la thèse de Marine BREITWIESER. 

  • La station de carénage : les coques des navires, recouvertes de peinture antisalissure (antifouling) y sont décapées et nettoyées avant d’être repeintes. Ces peintures contiennent des biocides empêchant les organismes marins comme les bivalves de venir se fixer.
  • L’exutoire des eaux de pluies correspond au site de rejet des eaux de pluies au niveau du port de Plaisance. Ces eaux proviennent de la voirie et sont susceptibles de contenir diverses traces de contamination telles que des hydrocarbures.
  • La nouvelle station de carburant, construite entre 2011 et 2014, est équipée d’un système anti-égoutture mis en place par la Régie depuis 2014.

              Dans le cadre de l’Axe 3 – Protection cathodique, les sites ont été choisis de manière à pouvoir constater l’effet des anodes sacrificielles sur l’état de santé des bivalves. Ainsi, pour chaque port, un site a été sélectionné car les structures portuaires sont déjà équipées d’anodes sacrificielles et un autre site sans protection cathodique pour le moment. Deux de ces sites se trouvent dans le Port de Plaisance.

  • Quai du Lazaret 1 sur le site du Port de Plaisance. Il est situé à proximité des palplanches, dans le bassin du Lazaret aux Minimes. Les palplanches sont équipées d’anodes sacrificielles depuis 2016.
  • Quai du Lazaret 2 sur le site du Port de Plaisance. Il est au bout du ponton 12 dans le bassin du Lazaret aux Minimes. Les piliers des pontons ne sont pas encore équipés d’anodes et le seront d’ici l’année prochaine.

Port Atlantique La Rochelle

Lieux d'étude 3
©CoralieTurquois

            Port Atlantique La Rochelle (port de commerce) est le 6ème plus grand port français. Pour l’Axe 2 – Port Horizon 2025, les sites ont été choisis de manière à répondre aux attentes du port de commerce dans le cadre du projet Port Horizon 2025 mais également des différents acteurs du milieu côtier, en particuliers les conchyliculteurs. Parmi les sites sélectionnés, deux sont directement dans le port de commerce.

  • Chef de Baie 1 : il est exposé aux différentes activités portuaires, que ce soit avec le transport de produits céréaliers ou de conteneurs par voie maritime, ou par le transport routiers. De plus, des travaux ont eu lieu de Mai à Novembre 2019 pour l’installation de nouvelles bornes d’amarrage.
  • La Repentie : ce site est exposé à des courants et des ressacs importants à cause des piles des ponts (Ile de Ré et Môle d’Escale). De plus, il se trouve en face de la zone de La Repentie qui fait l’objet de travaux important dans le cadre de PH2025.

           Dans le cadre de l’Axe 3, deux autres sites sont également suivis, situés dans le port de commerce. Un des sites a été sélectionné pour ses structures portuaires soutenant déjà des anodes sacrificielles, l’autre parce qu’il n’y en a pas d’installée. 

  • Quai du 519ème sur le site de Port Atlantique La Rochelle. Ce site n’est pas encore équipé d’anode et le sera l’année prochaine. Il doit permettre de faire une comparaison avec l’autre site de Port Atlantique, ainsi qu’un état initial avant l’installation des anodes. Il est a noté que ce site est sous l’influence des rejets du pôle de réparation et de construction navale.
  • Brise LamePort de service sur le site de Port Atlantique La Rochelle. Le Brise Lame a été construit en 2017 et équipé d’anodes sacrificielles entre 2017 et 2018. 

Les sites en mer

          Certains sites ont été sélectionnés particulièrement pour répondre aux acteurs du milieu côtier que sont les conchyliculteurs. Trois sites ont été sélectionnés, deux sites sont au nord de la Rochelle, un troisième se trouve au large de l’ile de Ré.

L'Houmeau

Lieux d'étude 4
©WikimediaCommons

            Ce site est situé en face de l’Houmeau au Nord du pont de l’Île de Ré. Il est a priori placé dans le flux des particules de marno-calcaires remises en suspension dans le cadre des travaux de déroctage prévus par le port. Il permet donc de déterminer l’effet des travaux dans le port et des particules transportées sur les populations de bivalves.

La Baie de l'Aiguillon

Lieux d'étude 5
©Wikipédia

           Ce site est plus précisément situé à l’entrée de la Baie à l’extrémité Est d’une concession mytilicole. Ce site, comme pour le site précédent, se trouve dans le trajet des rejets dus au déroctage. De plus, il est entouré de concessions mytilicoles.

Sainte-Marie de Ré

Lieux d'étude 6
©GoogleEarth

          Au Sud de l’Île de Ré, ce site est, comme pour les deux sites précédents, dans le flux des particules de marno-calcaires. En revanche, il est situé à proximité de sites ostréicoles.

Le Marais

Lieux d'étude 7
©CoralieTurquois

           Pour l’ensemble de ces sites d’études, la référence est le Marais, situé à l’Houmeau sur un site CNRS. Il s’agit d’anciennes claires ostréicoles, un milieu semi-ouvert, et non-soumis aux activités portuaires. Une précédente étude a été réalisée sur ce site en tant que référence, ce site étant considéré comme moins contaminer car moins exposé aux activités anthropiques. C’est également un site qui ne subit pas les influences dus aux travaux du port.